Situé à 65 kilomètres du centre-ville de Bakou, le parc national de Gobustan est l’un des sites naturels et archéologiques les plus étranges qu’il soit possible de visiter. À défaut d’être joli, le trajet depuis le centre-ville n’est pas sans intérêt non plus.

Mieux connue pour ses puits de pétrole à perte de vue, Bakou cachait bien son jeu. Tout en sachant que le gouvernement y avait fait construire un centre culturel époustouflant, je l’imaginais terne et balafrée par les ruines post-industrielles. Or, cette ville a subi une cure de rajeunissement sans précédent depuis quelques années.

Je suis de retour de la RDC, de la ville de Kinshasa plus précisément, où je n'avais pas mis les pieds depuis sept ans. Il va sans dire que Kinshasa a changé, et j'aurai bien des anecdotes à raconter à ce sujet. Mais avant tout, il semble que la France – escale quasi-obligée vers les aéroports de l'Afrique francophone — a changé elle aussi. Obsession sécuritaire, crise économique, intégration difficile des pays de l'Est et déferlante de migrants vers les côtes italienne et espagnole sont la nouvelle donne de l'Europe des années 2000 et dans ce contexte, il ne fait pas bon être Congolais sur le territoire de l'Hexagone.