Plusieurs grandes villes du monde possèdent une obélisque, et la capitale de l’Argentine ne fait pas exception. Érigée en 1936 sur la Place de la République, l’Obélisque de Buenos Aires étonne par son gigantisme et apparaît comme le « verrou » gardant toute l’Amérique du Sud sous la tutelle de l’Empire.

Peinte à Québec en 1977, aux heures les plus noires de la dictature que fuyait la communauté chilienne locale, cette murale est située entre les pavillons Ferdinand-Vandry et Adrien-Pouliot de l'Université Laval. À mon humble avis elle aurait besoin d'une restauration, car elle a été sérieusement attaquée par les infiltrations d'eau et quelques graffitis stupides.